vendredi 22 mars 2019

du côté de mes églises


Je suis née dans le village de ma mère et mon père est originaire du village d'à côté. Ils portent le nom d’îles situées au nord des petites Antilles, il n’empêche, quand il fallait décliner son lieu de naissance, le plus long des deux, auquel il fallait rajouter un Lestra, je trouvais que cela faisait plouc face à des collègues qui citaient Venise ou Montevideo.
le soleil est déjà couché...

 Lors de balades solitaires dans cette région de la Loire, à certains endroits, j’apercevais les deux clochers. J’attendais, comme Claudel derrière son pilier mais rien ne venait, pas un souffle d’inspiration.

« …au tournant d’un chemin j’éprouvai tout à coup ce plaisir spécial qui ne ressemblait à aucun autre, à apercevoir les deux clochers de Martinville, sur lesquels donnait le soleil couchant… » 

è bello in italiano...
L’auteur de la Recherche apparaissait au Ritz engoncé dans sa lourde pelisse, été comme hiver.
Il sortait tard le soir et commençait parfois par manger des frites au restaurant de l'hôtel juste avant la fermeture.  Cocteau a brossé un portrait en 1913 dans l’aube blême de ses virées nocturnes, la bouteille d’eau qui dépasse de la poche… J’ai appris cela dans le manteau de Proust de Lorenza Foschini qui fait une enquête passionnante à partir de ce manteau donné au musée Carnavalet par Jacques Guérin.

Qu’aurait-il pensé de cette nouvelle phobie, l’happycondrie, angoisse de n’être jamais assez heureux ? Heureusement il existe « un programme de formation sur deux mois pour impacter significativement le bonheur dans votre vie ! »



 
 Petit clin d’œil à une jeune femme en fleur qui en est à trois sur sept sur le chemin de Proust et à quelques semaines de pouvoir le diffuser, entre autres, dans sa librairie dont le nom va marier la géographie et la gourmandise littéraire.







jeudi 21 mars 2019

petite chronique

Ayant beaucoup de mal à prendre la plume je vais d'abord faire parler les autres, réjouissante Colette

" Beau temps. On a mis tous les enfants à cuire ensemble sur la plage. Les uns rôtissent sur le sable sec, les autres mijotent au bain-marie dans les flaques chaudes." les Vrilles de la vigne

Je n'aime pas beaucoup les Biopic et je remarque que les chanteurs et les musiciens remportent la palme avec les peintres mais les couturiers ont droit à plusieurs versions...Yves Saint-Laurent et Coco Chanel défilent sous toutes les coutures.
A quand les acteurs interprétés par d'autres acteurs?


Banksy
J'aime les canulars dans le monde de l'art

La petite fille au ballon qui se déchiquète sous les yeux médusés du public

et les trouvailles délirantes
des chercheurs pensant avoir compris d'où vient le sourire de la Joconde...

Rodin devant un tableau du jeune Picasso "commencez par signer que je sache dans quel sens ça se regarde!"




vendredi 19 octobre 2018

les Lumières de ma ville


Il était une fois...mes cinémas
Je me souviens du DUO, cinéma d’art et essai. Une des premières fois que j’y suis allée c’était pour la collectionneuse d’Eric Rohmer. Et je me souviens aussi des discussions foireuses avec des membres des jeunesses communistes  autour de ce film… petit bourgeois !

Je me souviens de l’Aiglon, lui aussi dans le centre de Lyon, petit ciné art et essai puis déclassé X. Je crois avoir vu délivrance (John Boorman) dans ce ciné et être sortie un peu sonnée !

Je me souviens du cinéma Le Bellecour, place le Viste et à un angle de la place Bellecour, du grand Gaumont-Royal, un des plus anciens cinémas de Lyon.

Je me souviens de l’inauguration du CNP Terreaux où j’ai vu ce soir-là la moitié du Voyage des comédiens (Angelopoulos) et Mamma Roma (Pasolini) dans la petite salle voutée.

Je me souviens du Cinématographe et d’une séance de 4h d'amour fou avec Jacques Rivette et le casse-croute.

Je me souviens du CNP Odéon, la classe des CNP, mais on faisait beaucoup la queue…

Je me souviens des Ateliers, un théâtre à l’emplacement d’une chapelle du XVIIIème siècle qui a fonctionné quelques années comme cinéma et du soir où nous sommes allés voir la grande bouffe car l’ouvreur m’a dit très finement quand je suis entrée dans la salle, en voyant mon ventre de femme enceinte : ô la dame elle a trop mangé…

A la même période j’ai vu Star wars, le premier, dans la plus grande salle de Lyon au Palais des congrès.

Je me souviens de l’Ambiance qui sert de cadre au film le plus cher à mon cinéma intérieur.

Le Pathé-Cordeliers, appelé aussi la Scala, le Nef, a donné sa dernière séance en février 2016, il était le plus vieux cinéma de Lyon.

Je me souviens de la Fourmi Lafayette. Avant rénovation il arrivait qu'on cogne  le plafond en se relevant. Après, le complexe multi-salles m’a permis, un mercredi après une nuit au travail, de déposer les enfants dans une salle pour des tortues Ninjas et de découvrir Almodovar dans une autre où dès le générique de Femmes eu bord de la crise de nerfs j’étais afficionada 


Dans le présent je regrette de ne pas aller plus souvent à l’Institut Lumière; heureusement il y a un cinéma sur mes hauteurs, des lumières dans ma petite ville qui me permettent d’échapper, pour quelques heures, à ma vie de recluse et de trouver ça plus palpitant que n’importe quoi…

les toits de la villa Lumière


lundi 15 octobre 2018

se souvenir des belles choses


Al Pacino vient pour la première fois à Paris pour deux soirées au théâtre de la Ville où il fera partager, dit-on, ses plus grands rôles, ses plus beaux textes et ses plus grandes interprétations de cinéma… que du grandiose !

Il y a un peu plus de vingt ans, la casquette à l’envers, contrefait et bossu il interrogeait les passants new-yorkais sur Richard III et s’interrogeait en retour sur l’art et la manière d’aborder le rôle. Cela donnait lieu à des situations cocasses et des réponses inattendues, les acteurs anglais du répertoire shakespearien étaient sollicités. Le film documenté suit le déroulement de la pièce, l'acteur réalisateur et Richard III avaient fait connaissance dès les années 70 et une décennie plus tard il a été consacré king of coke dans son rôle de Tony Montana ( Scarface).

« J’ai bien l’intention de prouver que je suis méchant

Et que je hais les plaisirs frivoles des jeux actuels »



Le résultat, Looking for Richard, est à la fois un plaisir de cinéma, la présence de Winona Ryder en lady Anne ajoute encore au plaisir, et une réjouissante exaltation de théâtre.



A Paris il n’y aura pas de surtitres, des images (si le public est sage)...

Les premières places, à 90€, se sont vendues en quelques heures. Les dernières, à 950€, ne sont peut-être pas parties aussi vite mais se sont bien vendues… assure le producteur du théâtre qui ajoute que pour ce prix là, justifié car il s'agit d'une production à l'échelle planétaire, les heureux spectateurs pourront rencontrer l'acteur à l'issue du spectacle et même se faire prendre en photo avec lui... le "meet and greet". Il pourrait se dispenser d'ajouter que pour certains il s'agit du rêve de toute une vie!
 Ce spectacle, entre conférence et confidences, pourrait s’appeler Looking for the rich.






samedi 28 avril 2018

Impressions soleil couchant


Quelques petites notes par ci par là, pour sortir de l'hibernation prolongée.

Attache ta tuque avec d’la broche… attache ton bonnet avec les lanières, prépare toi bien à affronter le froid du Québec ou  ce qui va te tomber dessus !

En 1983 Françoise Giroud publiait  le bon plaisir , politique fiction avec président et enfant caché… aux éditions Mazarine !

Concours des paroles de chansons les plus débiles, un peu la chanson on de Philippe Meyer. En liste pour la première place:

« ô Lucifer ! ô Laisse moi rien qu’une fois
 Glisser mes doigts dans les cheveux d’Esmeralda », plus loin ce n’est pas mal non plus :

« Elle porte en elle le péché originel

Le désir fait-il de moi un criminel ?

Chers disparus…

Didier Lockwood se définissait comme un VTT, violoniste tout terrain

Bouddhinette et Tombed–Camionnette sont allées cacher leur tristesse au fond des alpages avec leurs 198 consoeurs brebinettess, ah ! je suffolke !


La nuit promet d’être belle mais la journée n’a pas été terrible…